Top

   

TEST imprimante 3D : FreeSchulpt EX1

Si les imprimantes 3D telles que les Makerbot ont relativement fait du bruit lors des dernières années, une autre machine a également fait parler d’elle : la FreeSculpt EX1.

 Pour plus d'information sur l'imprimante : ICI

Le design de l'imprimante

Au premier abord, difficile de savoir que la FreeSculpt EX1 est une des représentantes de ce nouveau palier de l’avancée technologique. Assez basique, la EX1 présente comme une imprimante 2D laser conventionnelle. Épurée, elle attire l’œil essentiellement grâce à la couleur orange flashy de sa partie haute, ainsi que la trappe frontale transparente à l’avant, indiquant que plus qu’une simple feuille de papier en sortira.

Formant un cube d’un peu moins de 60 cm de côté, la EX1 reste tout de même compacte et permet d’être placée sans aucun problème sur un bureau, une table ou un petit buffet.

La bobine de fil ABS étant placée au dos de l’imprimante, elle est absolument invisible par celui qui l’aborde de face. L’essentiel de la connectique est située au dos (bouton on/off, entrée USB type B, alimentation) alors que l’interface est disponible sur la partie haute. Un écran LCD N/B est disponible sur la partie haute, et permet d’accéder aux principales fonctions. Cinq boutons assistent à la sélection, et une entrée fine permet à la carte SD d’être insérée.

On constate avec plaisir que la carte SD de 2 Go inclue dans le pack est en réalité une micro-SD accompagnée d’un adaptateur, choix particulièrement pratique pour passer de l’imprimante à un PC, voir une tablette.

Une seconde trappe transparente est disponible sur le haut de la EX1. On comprend rapidement qu’elle sert essentiellement à l’aération lors des phases de travail, et que c’est la trappe frontale qui servira à récupérer l’objet.

Si le design de la EX1 est somme toute banale, ce qui est dommage pour un objet de haute technologie, on en attend plus de ses capacités. Finalement, c’est pour ça qu’elle nous intéresse !

 

Phase d'impression

On ne nous a pas menti en présentant cette imprimante 3D comme « prête à l’emploi » : une fois sortie de son carton, branchée à la prise secteur et le petit logiciel installé sur votre PC, il ne reste plus qu’à passer à l’impression…

La carte SD insérée, l’imprimante prend quelques secondes à la formater et la lire. L’écran LCD nous propose alors plusieurs choix :

 

  • Menu SD : le menu des fichiers reconnus sur la carte SD. Une fois le fichier sélectionné, l’impression commence !
  • Test Impression : imprime un petit cube pour vérifier le bon fonctionnement global
  • Configuration système : Plusieurs options sont ici disponibles : 
  1. Filament L/UL: Pour activer le mode de changement de la bobine de fil ABS
  2. Calibrage: Ce mode permet de régler soi-même le niveau de la plaque d’impression. Heureusement, nous n’avons pas eu à le faire !
  3. Température de jet : Régler la température de la buse. La température réglée de base est celle nécessaire pour la fonte du plastique ABS. Pour l’instant, Pearl ne propose que cette matière, mais cette option laisse peut-être présager de nouvelles matières…
  4. Température de la base : idem, mais pour la plaque
  5. Mode : Pour régler le type de chauffage : en continu, lors de l’impression ou en pause. L’intérêt est de raccourcir le temps de chauffe et d’accélérer l’impression, ou au contraire d’économiser de l’énergie mais de retarder un peu l’impression
  6. German : Passer en allemand (non, ça ira…) ou en français.

L’impression commence donc dès que le fichier est choisi. Il est évident que certaines pièces sont plus longues à imprimer que d’autres, selon si on choisi de les faire creuses ou non, si les bords sont lisses ou complexes ou encore que l’objet imprimé nécessite la création de cales. Pearl annonce une vitesse d’impression de 24 cm³/h, ce qui paraît être dans la norme actuelle pour une imprimante.

Les deux trappes sont pratiques pour voir la machine travailler, même si l’avancement est difficile à voir à l’œil nu. Pour atteindre une bonne précision, le fil est fondu en filaments de 0,4 mm, et les couches sont difficiles à discerner. Finalement, même si voir la buse travailler en live est assez intéressant, il ne reste rien d’autre à faire qu’attendre que le travail soit fini, en vérifiant l’avancement de temps en temps.

Le travail se fait proprement, même si la EX1 peut parfois se rater sur un morceau vide; mais rien de très grave en somme.

Une fois l’impression terminée, il ne reste plus qu’à ouvrir la trappe et récupérer l’objet. On comprend alors à quoi servent les petits outils fournis avec l’imprimante 3D : la base et les cales peuvent être difficiles à enlever à la main, et permettent un travail de « peaufinage » en détails. Il ne reste plus qu’à admirer l’objet.

 

Résultat de l'impression

IMG_20130830_151622

Quelques petits « restes » des cales peuvent persister, mais on imagine qu’un coup de lime ou de papier de verre gommerai ces défauts et polirait un peu les rebords.

Néanmoins, la qualité est plus que satisfaisante et les objets sembles solides, hormis pour les détails très fins qui peuvent casser. Mais on image bien pouvoir s’imprimer des figurines ou même des coques de protection pour smartphone par exemple. Après consultation auprès de Pearl, on nous apprend que des mises à jour régulières du firmware (gratuites apparemment) permettront d’affiner la précision.

Niveau consommation de plastique ABS, c’est bien plus modeste que ce que nous avait annoncé Pearl : après 2 ou 3 figurines, la bobine de fil n’a baisse que de quelques cm. Le meilleure méthode pour économiser du consommable restant évidemment d’imprimer des objets creux.

 

Liens

Ce test complet de l'imprimante à été repris sur http://www.begeek.fr/

http://www.pearl.be/peripheriques/impression-3d/imprimantes-3d/imprimante-3d-freesculpt-ex1-basic_PV8600.html

 

Author: Chloé
About me

Nous utilisons les cookies pour améliorer votre expérience de navigation sur notre site. We use cookies to improve our website and your experience when using it. Cookies used for the essential operation of this site have already been set. To find out more about the cookies we use and how to delete them, see our privacy policy.

  I accept cookies from this site.
EU Cookie Directive Module Information