Top

   

Des impressions à base d'algues brunes

L'impression 3D se veut écologique avec le filament pour impression 3D «SeeWeed filament (SWF)». Crée par les sociétés bretonnes leFabShop et Algopack, cette matière est composé à 60% d'algues brunes et ne contient ni plastique, ni pétrole.

 

Présenté en novembre dernier au salon parisien 3DPrintShow, le « SeaWeed filament (SWF) » vient comme une alternative aux matières plastiques utilisées actuellement dans le domaine de l'impression 3D. Si la majorité sont issus des hydrocarbures ou des matières dites agrosourcées, provenant de ressources renouvelables (amidon de maïs, blé...), la composition du « SWF » intègre 60% de dérivés d'algues brunes. Celles-ci sont récoltées en pleine mer et transformées en Bretagne. Créée par la société Algopack, en partenariat avec le FabShop, le procédé de fabrication de cette matière ne nécessite pas de pétrole, ni de plastiques.

 

 

Spécialisé dans l'impression 3D, le FabShop est un distributeur de matériel, d'imprimantes et de consommables pour le secteur, mais également un espace de co-working. Créatrice de solutions de modélisation 3D, la société travaille sur différents projets visant à développer le secteur de la fabrication digitale. Dans cette optique, les FabClub répondent aux besoin des entreprises, du secteur de l'éducation et du grand public, en installant des espaces de création, d'apprentissage et de découverte de ces pratiques. (Plus d'information sur le FabShop? Voir notre article)

 

Algopack : des algues brunes pour remplacer le plastique

Pionnière dans le secteur, la société bretonne Algopack a développé deux gammes de matières, à base de dérivés d'algues brunes. « L'Algoblend », considéré comme un bioplastique, se compose d'autant de plastiques que d'algues, quand « l'Algopack » est totalement à base d'algues. Excluant toute utilisation de plastiques, de pesticides ou d'hydrocarbures, cette matière est écologique et biodégradable, moins gourmande en énergie pour sa transformation. En se dégradant, les algues reprennent même leur rôle de compost.

 

 

Destinées majoritairement au secteur industriel, ces matières ne demandent aucune adaptation du matériel, facilitant ainsi la transition vers ce type de matières. Ainsi, divers objets comme la collections de jouets de la marque Coqenpâte sont d'ores et déjà fabriqués totalement en «Algoblend ».

 

Author: Chloé
About me

Nous utilisons les cookies pour améliorer votre expérience de navigation sur notre site. We use cookies to improve our website and your experience when using it. Cookies used for the essential operation of this site have already been set. To find out more about the cookies we use and how to delete them, see our privacy policy.

  I accept cookies from this site.
EU Cookie Directive Module Information