Top

 

Les meilleures imprimantes 3D de 2015

Vous n’arrivez pas à choisir une imprimante 3D ? Voici une liste des –supposées- meilleures imprimantes 3D de 2015. 

 

Fiabilité et qualité pour tout un chacun. 

Vous recherchez la qualité et la fiabilité à la portée de tous, que vous soyez débutant ou professionnel en la matière ? Voilà une liste de trois imprimantes 3D faites pour vous ; la Makergear M2, la FlashForge Creator Pro et l’Ultimaker 2. 

 

Makergear M2 (2.5/5) 

 

Il s’agit de la troisième génération d’imprimante de Makergear, soit disant une des meilleures imprimantes sur le marché, elle convient très bien à quelqu’un qui a une expérience minime. Pour un utilisateur plus expérimenté, ce modèle offre encore plus de possibilités grâce à sa compatibilité avec de nombreux outils open source. Un véritable plébiscite pour ce modèle puisque 100% des propriétaires actuels la recommande. La Makergear M2 est vendue en kit pour 1475 $ ou pour 1175 $ si vous la commandez assemblée et calibrée. Cette imprimante vous assure l’utilisation du PLA et de l’ABS avec une épaisseur minimum d’impression de 50 microns.  

 

« J'ai la Makergear M2 au boulot ; ma première pièce est "bluffante" et même utilisable. Le début de l’utilisation était dur car il fallait paramétrer  le plateau à 0.2mm de la buse, j'avais presque peur que la tête tape contre le plateau ! Mais avec le temps et l’utilisation, on peut retenir quelques détails : il est très facile d’avoir un truc sympa, les objets complexes demandent malheureusement un peu plus de paramétrages, le sens de l’impression est très important ; il faut donc penser à optimiser le sens de la pièce pour que le résultat soit solide, sur 8 pièces testées ; 2 se sont cassées, ne pas hésiter à utiliser les supports pour éviter les mauvaises surprises. » 

 

Ultimaker 2 (3.1/5) 

 

 

Valeur sûre du marché, il aurait été étonnant de ne pas retrouver l’indétrônable Ultimaker 2. Décrite comme polyvalente et robuste, malgré son prix un peu élevé (2500 $) cette imprimante satisfait 97% des propriétaires actuels. Son caractère open source et ses puissantes fonctionnalités couplés à son logiciel facile d’utilisation, font d’elle l’une des imprimantes les plus accessibles du marché. Elle a une précision de couche qui va jusqu’à 20 microns. Mais le plus intéressant reste le fait qu’on peut utiliser tous les matériaux (avec une température d’extrusion maxi de 206°C) de 2.85 à 3 mm. 

 

« L’Ultimaker est une des imprimantes 3D les plus complètes du marché. D’une part pour ses performances : précision, vitesse … et sa grande qualité de fabrication mais d’autre part pour sa grande accessibilité et ouverture : logiciel et matériel libre (les plans de l’imprimante sont même disponibles gratuitement sur le site du constructeur !), universalité du support des bobines, l’évolutivité de l’imprimante, facilité d’utilisation pour monsieur tout monde mais également des réglages très avancés pour les imprimeurs pointilleux. L'Ultimaker 2 est sans conteste une bonne imprimante 3D, offrant de nombreuses possibilités d'impression et plutôt bien équipée. Elle est cependant un peu moins adaptée aux néophytes qu'une MakerBot Replicator Mini. » 

 

FlashForge Creator Pro (3.2/5) 

 

 

Un cran au-dessus la FlashForge Creator, la version pro est décrite par ses utilisateurs comme étant à la fois fiable, précise, facile d’utilisation et offrant beaucoup de possibilités. Une imprimante tout aussi indiquée pour le débutant que l’utilisateur plus confirmé, le seul bémol étant qu’elle soit un peu bruyante. A 1350 $ et compte tenu de ses fonctionnalités, FlashForge Creator Pro offre un très bon qualité prix. 93% des propriétaires actuels la recommande. Elle est disponible en moyenne pour 1290 €. L'imprimante 3D FlashForge Creator Pro rappelle fortement la Replicator 2 de MakerBot, et pour cause, il s'agit en quelque sorte d'une récupération d'un vieux produit, avec quelques améliorations. Avec son grand plateau chauffant, son lecteur de cartes SD et sa double tête d'extrusion, la Creator Pro possède certains atouts, dont le principal reste son prix, moins de 1300 €. 

 

« La FlashForge Creator Pro possède un certain potentiel et place l'impression bicolore à un tarif plutôt intéressant. Elle n'est en revanche pas à mettre entre toutes les mains ; seul un utilisateur averti en tirera le meilleur. » 

 

PLUG AND PLAY 

Le Plug and Play (l'abréviation PnP est également utilisée), qui signifie « connecter et jouer » ou « branche et utilise », est une procédure permettant aux imprimantes 3D d'être reconnues rapidement et automatiquement par le système d'exploitation dès le branchement du matériel, et sans redémarrage de l'ordinateur. Cette procédure permet l'installation en requérant un minimum d'intervention de la part de l'utilisateur, sans installation de logiciel dédié, et donc en minimisant les erreurs de manipulation et de paramétrage. En gros, ce sont des imprimantes 3D qu’on peut brancher à l’ordinateur et directement utiliser. 

 

Beethefirst (3/5) 

 

Si la BEETHEFIRST est particulièrement esthétique, elle surtout simple à installer, facile à transporter et peu encombrante. Son service client est noté également comme le meilleur de tous les fabricants et sa qualité d’impression comme l’une des plus élevées. Parmi les petits bémols, son volume d’impression un peu faible (190mm x 135mm x 125mm), son prix (2,499 $) et son filament propriétaire. 

 

« Superbe design et très belle finition des pièces sur la Beethefirst. Un logiciel ultra simple pour lancer vos impressions en quelques minutes et une poignée de transport adaptée à sa mobilité. Designers, architectes, organisateurs d'évènements en 3D, passionnés ... la Beethefirst est faite pour vous ! » 

 

Up Plus 2 (3/5) 

 

 

Egalement connue sous le nom de Afinia H480 sur le marché américain, la Up Plus 2 est réputée pour sa facilité d’utilisation et son logiciel qui est parmi les plus intuitifs. Compacte et légère, elle se place également dans le top 5 pour la qualité d’impression. Parmi ces défauts son faible volume d’impression (140 x 140 x h135mm), sa faible vitesse de fabrication et son consommable propriétaire. Néanmoins à $ 1299, elle est l’une des imprimantes les plus abordables sur le marché. Elle est recommandée par 100 % des propriétaires actuels.  

 

« Simple d'utilisation, robuste, la Up! Plus 2 conviendra tout particulièrement aux personnes découvrant le monde de l'impression 3D. » 

 

Zortrax M200 (4/5) 

 

 

Lancée sur Kickstarter en 2013, le M200 a tenu sa promesse à savoir combiner la facilité d’utilisation avec une impression de qualité professionnelle. Si elle imprime uniquement sur ABS, son plateau (200 x 200 x 185 mm) perforé permet au matériau de ne pas trop se déformer. 96 % des propriétaires la recommande alors que 80 % d’entre ne l’échangeraient que pour sa prochaine version. Elle est disponible dans les alentours de 1990 €. 

La M200 est la première imprimante du constructeur polonais Zortrax. Elle a rencontré un certain succès sur la plateforme Kickstarter en récoltant 180 000 $. La cible de cette imprimante est plutôt professionnelle. Sa fiche technique est intéressante, notamment pour son plateau chauffant de belle taille, son écran et son lecteur de cartes SD. En outre, la M200 imprime sur une hauteur de couche de l'ordre de 90 microns à une température d'extrusion jusqu'à 380°C. 

 

« La Zortrax M200 est une imprimante 3D qui n'a pas choisi son camp. Elle est trop fermée pour les makersavertis, qui se sentiront limités, et pas assez intuitive pour les novices. Toutefois, une fois ses défauts appréhendés, elle est capable de délivrer de très belles impressions, dans des délais corrects. Quelques efforts et cette machine pourrait devenir une très sérieuse concurrente de l'Ultimaker 2. » 

 

Kit/DIY 

Do it yourself (DIY) est une appellation, dont une traduction littérale en français serait « Faites-le vous-même ». Vous avez une boîte, avec une imprimante 3D en pièce dedans, à vous de jouer ! 

 

Rostock MAX (3/5) 

 

Cette imprimante fonctionne selon la technologie delta qui se caractérise par sa forme en triangle et sa capacité à imprimer des pièces très hautes. Ces modèles ont également une grande précision de positionnement, peu de masses en mouvement (tête d’extrusion par ex) et son fabriqués avec peu de composants. Le Rostock MAX atteint la note impressionnante de 9,1 pour sa qualité d’impression et une satisfaction de la clientèle de 93%. Parmi les bémols, son encombrement un peu plus élevé que ses concurrentes et son calibrage assez fastidieux. Proposée à partir de $ 999, elle saura séduire les utilisateurs intermédiaires et expérimentés qui recherchent une machine précise avec un gros volume d’impression (270mm x ø de 375 mm). 

 

 

« La Rostock MAX, tout droit sortie des usines de SeeMeCNC, propose un volume de construction plutôt grand, avec des objets pouvant atteindre une dimension de 27,9 x 27,9 x 34,9 cm avec une base de PLA. Livrée en kit, à assembler soi-même, en suivant le lien vidéo posté sur Youtube par la marque, l’imprimante promet de belles pièces à l’arrivée. Son originalité tient dans ses 3 tours, ou 3 bras, qui utilisent 3 moteurs, qui permettent une construction en hauteur de vos futures créations. Comptez tout de même une vingtaine d'heures pour la monter ! » 

 

Mendel90 (4/5) 

 

Version améliorée de la Mendel Prusa, la Mendel 90 est une imprimante de type Reprap qui a derrière elle une grande communauté à même de vous aider pour la perfectionner ou la réparer. Dotée d’un lit chauffant elle permet d’imprimer de nombreux matériaux alors que sa qualité d’impression a été améliorée. Parmi ses défauts, la Mendel90 nécessite l’utilisation de deux logiciels (Slic3r & Pronterface) et son montage un minimum de compétences en électronique comme la soudure. Si ces critères peuvent être rebutants pour un débutant, l’imprimante reste bon marché (795 $) et propose un haut degré d’évolutivité grâce à son large panel de fonctionnalités. 

 

« Pour débuter je conseillerais la Mendel90 de Nophead, machine parfaite, réalisation du kit excellente. » 

 

Kossel (2.5/5) 

 

Egalement issue d’un projet Reprap, la Kossel offre un excellent rapport qualité prix. A 600 $, cette imprimante open source à l’avantage d’avoir son plateau d’impression déjà calibré et d’offrir une vitesse d’impression supérieure à ses concurrentes. Parmi ses inconvénients, le lit chauffant qui est en option et les dimensions de son plateau ( 170 mm de diamètre pour 240 mm de hauteur) limite un peu pour les impressions. 90 % des propriétaires actuels recommandent néanmoins cette imprimante. 

 

 

BUDGET 

Cette catégorie reprend les imprimantes ayant un bon rapport qualité/prix. 

 

Printrbot Simple Metal (3/5) 

 

Issue du fabricant Printrbot, l’un des pionniers en matière d’impression 3D de bureau, la Simple Metal est une version améliorée de la Simple. Livrée avec un plateau en acier enduit de poudre et une extrudeuse en aluminium, elle dispose aussi d’une sonde d’auto-nivellement qui simplifie largement l’étalonnage de l’axe Z. Le volume de construction maximal est respectable : 150mm x 150mm x 150mm. Classée dans le top 10 pour sa qualité d’impression, cette imprimante fait également partie des plus évolutives du marché grâce à ses logiciels open source et sa grosse communauté qui apporte son soutien technique. Parmi les points négatifs, la configuration et l’étalonnage prennent plusieurs heures et certains utilisateurs ont eu quelques problèmes d’extrusions. Approuvée par 92 % des utilisateurs, la Printrbot Simple Metal offre néanmoins beaucoup de fonctionnalités. A 599 $, cette machine permet de s’initier à l’impression 3d, sans dépenser des sommes importantes.  

 

« Grâce à son châssis en métal, l’imprimante 3D low cost « Printrbot Simple » gagne en fiabilité et durabilité. De plus, le volume d’impression passe de 10 à 15 cm3 pour imprimer de plus grands objets et d’un système semi-automatique de réglage du niveau du lit d’impression. La Printrbot Simple Metal est elle aussi disponible en kit ou assemblée pour les moins bricoleurs. » 

 

Sharebot KIWI (3/5) 

 

Compacte, l’imprimante italienne Sharebot Kiwi ne mesure que 310 x 330 x 350 mm pour un volume d’impression de 140 x 100 x 100 mm. Avec une évaluation record de 9,3 pour sa qualité d’impression, sa qualité et sa fiabilité font d’elle un choix solide pour les étudiants ou les débutants. Si la Kiwi est facile à installer, son faible volume de fabrication l’absence de lit chauffant font partie de ses points faibles. Proposée à 860 $, 92 % des propriétaires la recommande. 

 

« Sharebot a donc parfaitement réussi son coup avec cette imprimante. Elle réunit ce que l’on a préféré chez MakerBot (carte SD, robustesse, fiabilité matérielle), ce qu’on a préféré dans la PrintrBot (l’utilisation du couple RepetierHost/Slic3r), pour une taille légèrement plus grande que la UP! Mini. tout en offrant une nouvelle méthode d’accroche des objets très intéressante et, pour les tests réalisés, nettement plus pratique que les alternatives habituelles. Ne reste plus qu’à rendre l’installation plus simple pour le néophyte qui risque de patauger avant de voir sa première impression se lancer. » 

 

FlashForge Creator (3/5) 

 

Comme en témoigne son apparence, cette imprimante est une version simplifiée de la Replicator original, celle-ci ayant été reconditionnée dans un cadre en bois découpé au laser. Une fois correctement calibrée, la FlashForge Creator propose des impressions de hautes qualité avec un taux d’échec de seulement 11 %. Les propriétaires actuels saluent sa compatibilité avec les logiciels open source et la réactivité de sa communauté. Parmi ses défauts certains utilisateurs lui repprochent d’être quelque peu obsolète, des modèles plus récents proposant des précisions et des vitesses supérieures. Car ce modèle nécessite justement un calibrage régulier pour maintenir sa qualité d’impression. A 977 $, la FlashForge Creator reste néanmoins un excellent choix pour ceux qui veulent expérimenter l’impression 3D. 

 

 

RESINE 

 

Form 1+ (4/5) 

 

Version améliorée de la Form 1, la + est équipée d’un laser plus rapide et plus puissant permettant de produire des pièces de haute précision. Largement plébiscitée par la communauté, la nouvelle version propose une impression de qualité professionnelle et un service client parmi les meilleurs. Parmi ses points faibles, du fait de son matériau résine la machine demande plus d’entretien et les pièces d’avantage de traitements post impression. A 149 $ le litre de résine liquide, le consommable de la Form 1+ est également l’un des plus chers des imprimantes personnelles. A 3299 $ la Form 1 + représente un certain investissement, de ce fait les utilisateurs de 3DHubs la recommande avant tout à des professionnels, designers ou architectes pour du prototypage industrielle ou de la sculpture anatomique. 

Lancée sur Kickstarter en 2012, la Form1 de Formlabs, fut la première imprimante 3D grand public à utiliser la technologie stéréolithographique (SLA). La société revient sur le devant de la scène avec une version révisée, la Form 1+ qui dispose d'un ensemble de nouveaux composants qui devraient améliorer le rendu général de l'impression ainsi que sa vitesse, avec notamment un laser plus puissant, prévu pour fixer la résine 1,5 fois plus vite. 

 

« Si le coût d'impression est supérieur à celui des imprimantes FFF, il est malgré tout maîtrisé pour une excellente qualité d’impression qui donne vraiment envie d’en exploiter les possibilités. On aurait aimé un processus de finition automatique — au moins pour le rinçage de la pièce et l’exposition finale aux UV. Au final, malgré quelques impressions ratées, cette imprimante 3D permet véritablement de mettre un pied dans l’impression de haute précision. » 

 

B9Creator (3/5) 

 

 

Contrairement à la Form 1 qui fonctionne par SLA (stéréolitographie) la B9Creator utilise un procédé appelé DLP (Digital Light Processing) et qui consiste à durcir de la résine avec comme son nom l’indique un projecteur DLP. Alors que les versions antérieures de la B9 comportaient pas mal de défauts, de nouvelles mises à jour ont été effectuées et un grand nombre de problème résolus comme par exemple le manque de documentation et la finition parfois inégale. La nouvelle version est livrée avec un projecteur HD pour des impressions de plus grandes qualités encore. La communauté la sanctionne néanmoins en lui adjugeant le score le plus bas pour sa facilité d’utilisation, sol logiciel beta et son étalonnage étant fastidieux. A 3490 $ B9Creator se destine avant tout à des utilisateurs professionnels, comme des joailliers ou des designers. 

 

"L'imprimante 3D B9 Creator de chez B9 Creations est une imprimante haute précision, utilisant la technologie de Frittage Sélectif par Laser pouvant imprimer des couches jusqu'à 50 microns à base de résine. L'imprimante est compatible Windows, Mac, Linux. Elle peut imprimer des objets d'une taille maximum de 102x768x203. Elle est disponible en kit au prix de US$2,990 ou déjà assemblé à US$4,995 hors frais de transport. "

Author: Chloé
About me

Nous utilisons les cookies pour améliorer votre expérience de navigation sur notre site. We use cookies to improve our website and your experience when using it. Cookies used for the essential operation of this site have already been set. To find out more about the cookies we use and how to delete them, see our privacy policy.

  I accept cookies from this site.
EU Cookie Directive Module Information