Top

   

L'imprimante 3D métal à 1 million d'euros

Cet outil technologique devrait permettre, dans un premier temps, de tester des prototypes de pièces de moteurs d'avions. Une acquisition encouragée par Sirris, une asbl de recherche spécialisée à Liège dans les innovations technologiques en 3D pour les entreprises.

 

Pas plus grande qu'une armoire, l'imprimante 3D utilise une poudre de titane pour façonner les objets dans une pièce mise sous vide pour éviter toute impureté. Arrivée depuis à peine une semaine, elle est encore en phase de test. Eric Englebert, responsable Recherche Production chez Techspace Aero, explique son fonctionnement: "Le modèle 3D de la pièce va être coupé en tranches de quelques dizaines de microns et on va reconstruire tranche par tranche, verticalement, la pièce modélisée." La machine ne peut produire que de petites pièces de maximum 38 centimètres. "Cette machine est la plus grande qui existe actuellement dans la technologie qui nous intéresse. Parmi les avantages du 3D, il existe la possibilité de produire les pièces les plus légères possibles."

 

En 2040, la moitié des pièces de moteurs d'avions seront produites par imprimante 3D

Autre avantage: l'économie de matières premières. Jean-François Cortequise est directeur technique chez Techspace Aero: "Aujourd'hui quand on usine une pièce, on retire 80 à 90% de copeaux. Avec la technologie additive de la 3D, on n'utilise que la matière nécessaire, avec 20 ou 30% seulement de matière en plus." Avec cette imprimante 3D, aujourd'hui, Techspace Aero veut surtout axer l'effort sur la mise au point rapide de pièces pour les mettre en développement. "Compte-tenu des délais qu'il faut pour développer une nouvelle technologie et homologuer les pièces en matière de sécurité des vols, cela pourra prendre 10 à 15 ans. Un des avantages de la production 3D métal, c'est de ramener le temps de réalisation de six ou sept mois à moins d'un mois. Demain, on peut estimer qu'à l'horizon 2040, la moitié des pièces de moteurs d'avions seront réalisés par cette technologie." Si la machine 3D coûte à elle seule un million d'euros, elle entraine la mise au point de nouvelles méthodes de conception et la formation du personnel. "Pour acquérir la technologie, il faut multiplier ce million d'euros par 10 ou par 20."

 

Clip de présentation de Techspace Aero

 

Liens

http://www.rtbf.be/info/regions/liege/detail_techspace-aero-a-alleur-une-imprimante-3d-metal-d-un-millions-d-euros?id=8979199

Author: Chloé
About me

Nous utilisons les cookies pour améliorer votre expérience de navigation sur notre site. We use cookies to improve our website and your experience when using it. Cookies used for the essential operation of this site have already been set. To find out more about the cookies we use and how to delete them, see our privacy policy.

  I accept cookies from this site.
EU Cookie Directive Module Information